Invitation à notre 18ème chapitre

 Notre 18ème chapitre

Lire la suite...

Agenda_2014

Agenda des activités de la confrérie pour l'année 2014

Lire la suite...

Culture de la vigne en Belgique

Ou comment cultiver la vigne dans notre pays

 

 

La vigne fait partie de la famille des lianes.  cet article a pour but de vous permettre de planter et cultiver des vignes chez vous.

Multiplication

La vigne se multiplie essentiellement par voie végétative (marcottage, bouturage ou greffage-bouturage) car ces méthodes permettent de conserver intégralement les caractères de la plante mère. La multiplication par voie sexuée (semis) introduit en revanche presque toujours des caractères nouveaux.

L'obtention de nouvelles variétés par croisement (hybridation) est une technique déjà ancienne, mais toujours actuelle. Les descendants sont des métis si le croisement a lieu à l'intérieur d'une espèce (Riesling x Sylvaner) et des hybrides lorsque deux espèces différentes sont en cause (Chasselas x Labrusca).

Hybrides et métis sont désignés par les noms des parents séparés par une croix (Riparia x Rupestris). Le nom de la plante mère précède celui de la plante père. L'obtenteur ajoute en général un numéro d'ordre et son nom (3309 Couderc). Les appellations de fantaisie sont usuelles pour les nouveaux cépages de cuve ou de table (Cardinal, Plantet, Léon Millot, etc.).

Dès le début du XIXème siècle, on a cherché à créer de nouveaux cépages de table et des variétés de cuve à jus coloré. La grande époque de l'hybridation coïncide cependant avec les catastrophes viticoles de la seconde moitié du XIXème siècle, car l'apparition successive de l'oidium, du phylloxéra et du mildiou incitait viticulteurs et chercheurs à obtenir et à essayer des variétés nouvelles en grand nombre. Le but pas encore atteint aujourd'hui était de regrouper sur une même plante les qualités de la vigne européenne et celles des vignes américaines, tout en laissant de côté leurs défauts:

Parmi les millions de pépins semés et les milliers de nouveaux hybrides étudiés, aucun n'a répondu à tous les espoirs placés en lui. En effet, il semble que les facteurs de résistance soient liés, chez les vignes américaines, à ceux qui transmettent un goût désagréable. Ce travail gigantesque a pourtant été précieux. Il en reste la quasi totalité des porte-greffes cultivés actuellement et de nombreux cépages de cuve, de table ou à jus. En ce qui concerne les cépages, les premières obtentions ont été souvent modifiées par des croisements successifs destinés à améliorer la qualité des fruits. Cette augmentation de la proportion de sang européen a fortement diminué la résistance des hybrides; la plupart exigent des traitements anticryptogamiques et ne peuvent plus être cultivés sur leurs propres racines. Ils perdent ainsi une bonne partie de leur attrait.

Si les hybrides sont moins recherchés aujourd'hui, l'intérêt pour les métis ne se dément pas. La viticulture doit à ces croisements quelques réussites éclatantes, parmi lesquelles le Riesling x Sylvaner. De nombreuses stations de recherche et des viticulteurs de tous pays consacrent beaucoup d'efforts à l'obtention de nouveaux cépages, principalement dans le domaine du raisin de table. On recherche en général des variétés à grosses baies, très précoces ou très tardives, si possible sans pépins. Il existe aussi des nouveautés parmi les cépages de cuve, mais leur introduction dans le vignoble est plus lente et plus difficile que celle des raisins de table, les vins obtenus devant satisfaire une clientèle exigeante. On recherche aussi par croisement des cépages résistant aux froids hivernaux. Rappelons enfin qu'un nouveau cépage ne doit être commercialisé que s'il apporte une amélioration évidente à l'assortiment traditionnel. La technique de l'hybridation exige beaucoup de soin, de minutie et de patience.

Bouturage, marcottage

Ce sont les procédés classiques de multiplication de la vigne. On conserve les qualités mais aussi les défauts de la plante mère.

Bouturage

On utilise en général des boutures à quatre yeux dont les deux yeux inférieurs sont éborgnés. Il faut néanmoins que la partie éborgnée de la bouture ait 20 à 25 Cm, davantage pour les terrains très en pente ou les climats arides.

Marcottage

Le marcottage consiste à coucher un sarment d'un cep sans sevrer immédiatement.

Ce procédé était autrefois très utilisé. il s'utilise encore , notamment pour certains hybrides ou pour des porte-greffes à enracinement difficile. Le sevrage se pratique à partir de la deuxième année, lorsque le nouveau cep est parfaitement enraciné.

 

Souvenirs de nos activités

IMGP7862.jpg